Église Saint-Géry, Ladeuze

Église Saint-Géry, Ladeuze2018-04-17T16:30:58+00:00

Église Saint-Géry

Ce bâtiment, composé d’une nef à voûtes d’arêtes, d’une tour, d’un chœur et d’une sacristie, succède à plusieurs édifices signalés notamment en 1295, en 1617 (la consécration de la nouvelle chapelle) et 1805 (la démolition de cette chapelle). En 1846 eut lieu la pose de la première pierre de l’actuelle église de tradition classique. Cette dernière fut l’objet d’une importante restauration en 1905 (selon le chronogramme de la façade), de cette campagne date aussi la reconstruction du clocher ; la direction de ces travaux fut confiée à l’architecte Fourdin. Sous l’Ancien Régime, la paroisse dépendait du doyenné de Chièvres ; le chapitre de Leuze, collateur du lieu, avait à sa charge une partie des dépenses relatives au culte et à l’église. Par la fusion, Ladeuze a été rattaché à Chièvres.

 

Près de Chièvres, dans le lointain, la petite « Philippe-Eglastine » de l’église Saint-Géry de Ladeuze appelle encore ses paroissiens du haut de son clocher, réparé entièrement en 1961. Le coq fût redoré et replacé en haut de sa croix. Cet édifice doit le nom de son Saint-Patron à une chapelle érigée au XVIIe siècle.

Ce bâtiment, composé d’une nef à voûtes d’arêtes, d’une tour, d’un choeur et d’une sacristie, succède à plusieurs édifices signalés notamment en 1295, en 1617 (la consécration de la nouvelle chapelle) et 1805 (la démolition de cette chapelle). En 1846 eut lieu la pose de la première pierre de l’actuelle église de tradition classique. Cette dernière fut l’objet d’une importante restauration en 1905 (selon le chronogramme de la façade), de cette campagne date aussi la reconstruction du clocher ; la direction de ces travaux fut confiée à l’architecte Fourdin. Sous l’Ancien Régime, la paroisse dépendait du doyenné de Chièvres ; le chapitre de Leuze, collateur du lieu, avait à sa charge une partie des dépenses relatives au culte et à l’église. Par la fusion, Ladeuze a été rattaché à Chièvres.

L’église conserve un patrimoine qui mérite notre attention. L’Autel-Majeur en marbre noir et blanc, datant du XXe siècle, aurait été réalisé par les ateliers de l’École Saint-Luc de Tournai. Il comporte un retable renfermant les statues de Saint-Joseph et Sainte Catherine d’Alexandrie ainsi que deux panneaux peints et historiés. L’église abrite encore sa chaire de vérité de tradition classique ornée des figures des Évangélistes.

D’autres objets de culte tels que des chandeliers, des ostensoirs, des peintures religieuses peuvent être observés ou visités dans l’église.

Emilie Nisolle

Bibliographie : DEMEULDRE P., Histoire de Ladeuze, Chièvres, 1924 – LEQUEUX J.-M., Répertoire Photographique de Mobilier des Sanctuaires de Belgique (Province de Hainaut – Canton de Lens), Bruxelles, 1980.